« Si un jour tu vois qu'une pierre te sourit, iras-tu le dire ? »  
                                                                                                                                                                                                                                     Guillevic    

 
    
 
 

On peut considérer qu'il y a au moins trois types de sculpteurs : le modeleur, le tailleur et l'assembleur. Le modeleur construit son monde autour de lui à partir d'un noyau d'argile. Le tailleur va chercher ce qu’il y a à l’intérieur, il doit "creuser la question". L'assembleur réunit dans une nouvelle architecture, les morceaux au départ éparpillés. Ces démarches se complètent comme les phases d'une respiration. C'est sans doute la raison qui me fait apprécier le travail de différents matériaux, même si j'ai une sympathie particulière pour la pierre.

L'entendre sonner sur le sentier ou dans l’atelier et goûter à nouveau les mots de Guillevic : « Tu regardes un caillou ramassé par hasard / A l’abri d’un buisson / Et puis tu t’aperçois que plus tu le regardes / Et plus sa force est grande. »



J'aime sculpter comme on raconte une histoire, en espérant qu'elle permette à d'autres histoires de se raconter et, qui sait de se rencontrer.