« Si un jour tu vois qu'une pierre te sourit, iras-tu le dire ? »                                   
 Guillevic                                                                                                                                                                            

 
    
 
  On peut considérer qu’il y a trois types de sculpteurs : le modeleur, le tailleur et l’assembleur. Le modeleur construit son monde autour de lui à partir d’un noyau d’argile. Le tailleur va chercher ce qu’il y a à l’intérieur, il doit «creuser la question».  L’assembleur réunit dans une nouvelle architecture, les morceaux au départ éparpillés. Ces démarches se complètent comme les phases d’une respiration:  l’inspire et l’expire, vers l’intérieur, vers l’extérieur. Le souffle vital.

Pour réaliser mes créations je mets en oeuvre ces trois mouvements, veillant avant tout à la simplicité des formes, à la précision des lignes. C’est une recherche, un travail pour tenter de se rapprocher un petit peu de cette réflexion de Constantin Brancusi : «Ce n’est pas l’oiseau que je sculpte, mais le vol.»


Mes personnages représentent des fomes symboliques qui témoignent de la necessité de rester debout comme une réponse aux tentations de soumission.